L’immenso

Si Mina est la Reine sans partage de la chanson italienne, ses deux suivantes, les princesses par conséquent,  sont Patty Pravo et Ornella Vanoni. Mina a quitté la scène en 1978, pour ne jamais y réapparaitre. La Vanoni a fait, elle, ses adieux récemment, à Barcelone. Patty a plus de 60 ans, liftée et collagénée à mort, avec une silhouette toujours remarquable, continue donc de se produire en tournée, à San Remo entre autre.  De pianiste classique à la base, mannequin d’une beauté remarquable,  de chanteuse de chansonnettes, « La Bambola », de  provocatrice dans les années 60-70 ayant flirté avec la drogue,  la « Ragazza del Piper » (une boite branchée qui vit ses débuts), a étoffé son répertoire avec des compositions parfois personnelles aux orchestrations très fouillées et modernistes. Pravo n’est pas toujours tendre avec Mina, qui, elle, sort un double disque annuel, Mina étant la chanteuse occidentale ayant le plus produit, autour de 100 albums depuis ses débuts en 1958.
Pravo tacle Mina : « C’est quoi cette manière de jouer à l’ectoplasme avec son public, de ne jamais se montrer, et pourquoi enregistrer autant  ? Qu’elle sorte 4 ou 5  chefs-d’oeuvre éternels, et basta, au lieu d’aligner les enregistrements.  Avec son »Nessun Dorma », Puccini a dû se retourner dans  sa tombe ».
Rivalités et jalousies obligent, entre stars, les échanges  ne sont pas toujours tendres. Mina, au-dessus du lot, et « vendeuse » exceptionnelle,  ne répond jamais à ces piques. Elle pourrait  rétorquer à Pravo qu’il y a un âge pour tout. Si Mina  a choisi le nid des studios, Pravo, elle, a opté pour les honneurs des foules, la sueur des tournées, et les ovations, malgré les fréquentes fausses notes, et une voix grave bien moins vaillante qu’auparavant. Deux manières d’envisager l’existence.
Pravo fit scandale il y a quelques années en déclarant, alors qu’elle est une « icône guée », être contre le mariage et le droit adoption pour les homosexuels. Les ligues de vertu guées italiennes ont crié au scandale et appelé au boycott de ses disques et concerts. Suivis d’effets ? Semble t-il pas. « L’immenso » est une chanson grandiose  et emphatique extraite d’un de ses disques récents, « Radio Station ». A quelques jours près, aurai-je manqué un de ses concerts dans le sud de la botte.
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s