Poésie d’Orfeenix

Un soir de sang, le jour s’ épanche,
Feu crépuscule, nuit dorée,
Blafarde lune, oeil abhorré,
Feras tu rougir ma nuit blanche?

Le temps s’écoule en perfusion,
Imagerie interstellaire,
Ombre et lumière gémellaires,
Bercez moi de vos illusions.

Entre lave et gelée, quel choix!
Ma délictueuse Psyché,
Idolâtre de Manichée
Ce sombre dilemne t’ échoit,

Plus blanche et pure que rosée,
De l’ aube au soir toujours en friches,
Jamais la ténèbre ne triche
Une fois l’ aurore arrosée.

Quand le couchant mon ciel irise,
Le noir, le blanc entrent en guerre,
Je refuse l’ instinct grégaire,
Accordez vous, car je suis grise.



Orfeenix

                                                                http://galaterato.blogspot.de/

Peinture de Suzanne Valadon, texte de d’Avila,
voix de Mina
Publicités

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

2 réponses à “Poésie d’Orfeenix

  1. Ce chant est une merveille. Merci à Mina Mazzini et aussi à la Brebis ;o)téléphobe

  2. merci Brebisc'est très beau et très émouvant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s